AGASHI sur les réseaux sociaux


Agashiburundi

@agashiburundi

+257 75 055 055


Radios partenaires

AGASHI ici

AGASHI 3 EPISODE 57

À Mugwiza, Claudette raconte à Ruberika que son mari Vito prend bien soin d’elle. Elle lui achète de la viande, de petits poissons…tout ce qu’elle veut à cause de sa grossesse. Elle ajoute qu’elle peut se reposer quand elle se sent fatiguer.

À Burisho, Ndiku demande à Kimata comment il peut passer une semaine sans se rendre au four. Kimata s’excuse en disant que son enfant était gravement malade. Il regrette que son enfant ne bénéficie pas de la gratuité ciblée des soins. Ndiku s’en moque.

À Kagona, Nella connaît ses premières menstruations. Sa mère Gudura lui indique l’usage des serviettes hygiéniques. Nella a honte et décide de ne pas aller à l’école avant la fin des menstruations.



AGASHI 3 EPISODE 56

À Bukima, Lysa est venue voir Dina. Celle-ci lui raconte comment elle a failli être violée par son bon-frère Nepo sous prétexte d’accomplir un rituel. Elle informe aussi Lysa qu’elle a fait récemment un test de grossesse et que le résultat est positif.

À Kagona, Vanessa se trouve au parking en train de vendre de la bouillie. Elle dit à Béa qu’elle sent la honte quand les gens la voient en train de vendre de la bouillie et qu’elle a peur que les élèves de son école ou le directeur le constatent.

À Burisho, Nelly leur rassure que le bébé aille mieux et qu’ils pourront bientôt sortir de l’hôpital. Toujours, leur enfant ne peut pas bénéficier de la gratuité car l’enfant n’a pas été enregistré à temps à l’état-civil.



AGASHI 3 EPISODE 55

À Burisho, l’administrateur dit à Kimata qu’il doit d’abord adresser une lettre de demande d’autorisation au gouverneur de province pour avoir l’extrait d’acte de naissance.

À Mugwiza, Claudette est bien contente que Vito fasse assez pour bien manger même si ce dernier affirme que c’est très coûteux.

À Bukima, Dina continue de refuser les avances de Nepo qui ose entrer dans sa chambre pour tenter de la violer.



AGASHI 3 EPISODE 54

Serina et Gasoni sont chez Gudura à Kagona pour expliquer à Vanessa qu’elle doit aller vendre de la bouillie comme sa mère est souffrante.

À Bukima, Siri se vante d’avoir menti Dina à propos des biens laissés par Guido. Nepo ne désarme pas dans son intention de la draguer.

La famille Kimata à Burisho a un enfant hospitalisé. L’infirmière explique qu’il n’est pas possible de bénéficier des avantages de la gratuité des soins car leur enfant n’a pas été enregistré à la commune.



AGASHI 3 EPISODE 53

À Murwiza, Claudette et Vito vont au centre de santé. Des résultats de laboratoire prouvent une malnutrition aiguë et un faible taux de sang alors qu’elle est enceinte.

À Burisho, Keziya, femme de Ndiku vient rendre visite à la famille Kimata. Kwirina regrette la négligence de Kimata qui ne veut pas faire soigner ses enfants au centre de santé en cas de maladie.

À Kagona, Béa regrette que Vanessa n’ait pas écouté ses conseils. La famille Musaganya s’active à collecter de l’argent pour aider à soigner Gudura.



Vers la contribution des médias en faveur du FBP couplé à la gratuité ciblée des soins



Population Media Center (PMC) a organisé mercredi 25 septembre, un atelier d’induction des journalistes sur la réforme de santé Financement basé sur la performance (FBP) couplée à la gratuité ciblée des soins. Les participants ont affirmé qu’une telle activité les aidera à faire plus de productions de qualité.


a

Organisé en collaboration avec le ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida (MSPLS), sur financement de l’Union européenne, l’atelier a vu la participation d’une trentaine de journalistes.

Dans son discours d’ouverture, le Représentant Résident de PMC, Jean Bosco Ndayishimiye, a invité les journalistes à profiter du moment pour s’informer sur le FBP couplée à la gratuité ciblée des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans.

Le souci de PMC est de « vous impliquer dans une dynamique campagne d’informer correctement, de communiquer l’essentiel utile et d’orienter les populations cibles vers les structures et services disponibles appropriés prévus. » Fait-il remarquer aux journalistes.

Le FPB permet aux prestataires de soins d’améliorer la qualité sans oublier la quantité dans leurs prestations, moyennant une prime. La mesure de gratuité ciblée des soins permet aux enfants de moins de 5 ans d’être soignés toutes les maladies sans payer un rond. Pour les femmes enceintes, tous les soins liés à leur état de grossesse sont gratuits. Les factures sont en définitive payées par le Gouvernement burundais appuyé financièrement par ses partenaires (Union européenne, Banque mondiale, GAVI et KFW).

Docteur Canut Nkunzimana, facilitateur de l’atelier, et membre de la Cellule technique nationale (en charge de la mise en œuvre de la réforme au sein du ministère) fait savoir qu’il y a encore un chemin à parcourir pour la mise en œuvre de la réforme malgré un pas de géant déjà enregistré. Il indique notamment qu’il y a un besoin de renforcement de contrôle afin que les rapports produits puissent être conformes à la situation réelle au niveau des formations sanitaires.

Des informateurs enfin informés

Pour la plupart des journalistes, le FBP et la gratuité ciblée des soins reviennent dans les discours et dans certaines activités. Néanmoins, comme le révèle Victor Mubwigiri, journaliste de la RTNB (Radio Télévision nationale du Burundi), il n’avait pas encore compris les tenants et les aboutissants de la réforme.
« J’avais déjà participé dans plusieurs ateliers sur la réforme mais c’est aujourd’hui que je viens de saisir le bien fondé de cette réforme de santé combien salvatrice pour la population en général. » S’exalte-t-il.

Arlène Akimana, journaliste de la Radio Isanganiro, affirme que les efforts et les moyens financiers mis en œuvre pour aider les femmes et les enfants au Burundi sont immenses et, à ce titre, méritent une bonne communication. « Nous serons sans doute les bons messagers à travers nos médias respectifs », a-t-elle conclu.

Le FBP et gratuité ciblée des soins, un vaste chantier

La réforme FBP a été mise à l’échelle nationale en 2010 après 4 ans d’expérimentation dans quelques provinces pilotes. Plusieurs défis ont émaillé le programme. Il s’agit notamment de la faible place accordée à l’analyse des dossiers médicaux, la faible rationalité dans le contrôle des critères d’éligibilité des bénéficiaires du paquet de soins gratuits, ainsi que la disponibilité des fonds pour financer la réforme et la gratuité ciblée des soins.

Grâce aux partenaires, certains de ces défis ont trouvé solution. Des nouvelles initiatives ont été faites notamment l’implication de la communauté dans le fonctionnement du système de santé au Burundi, à travers le FBP communautaire.

L’ensemble de ces bonnes initiatives et défis rencontrés dans la mise en œuvre de ce vaste programme implique une bonne communication. PMC, main à main avec les médias et en collaboration avec le ministère de la Santé publique, se sont engagés à la fin de l’atelier, à devenir de véritables champions.






Retour à la page d'accueil