AGASHI sur les réseaux sociaux


Agashiburundi

@agashiburundi

+257 75 055 055


Radios partenaires

AGASHI ici

AGASHI 3 EPISODE 28

À Bukima, Lysa et Jennifer attendent Siri. Ce dernier leur informe qu’elles doivent patienter pour le démarrage de la boutique alimentaire.

À Kagona, Bahama rencontre Gudura plusieurs jours après son déménagement. Elle lui explique le calvaire qu’elle est en train de vivre avec ses deux filles.

À Mugwiza, Mutore et Toriya sa femme discutent sur l’état de la malnutrition dans la régio



AGASHI 3 EPISODE 27

À Burisho, Ndiko refuse de donner de l’argent à son épouse Kwirina pour aller se faire soigner.

À Murwiza, Vito indique à sa femme Claudette qu’elle lui doit du respect inconditionnel, que c’est lui seul qui décide au foyer.

À Bukima, Guido accuse toujours sa femme Dina d’infidélité.



AGASHI 3 EPISODE 26

À Kagona, Béa trouve Vanessa renvoyée de l’école, elle lui prête son téléphone pour parler à son papa Siri. Ce dernier lui dit de ne plus l’appeler.

À Bukima, Siri n’a pas assez de capital. Il demande à Guido de s’associer pour la boutique des vivres. Ce dernier lui dit qu’il va consulter sa femme.

À Febu conseille à Kwirina d’aller faire soigner son enfant souffrant à l’hôpital car c’est gratuit.



AGASHI 3 ÉPISODE 25

À Mugwiza, Ruberika remarque que Claudette affiche des signes de malnutrition. Elle lui conseille de se rendre à l’hôpital pour faire un test de grossesse.

À Burisho, Ndiku incite Kimata à avoir un autre enfant. Pur lui, avoir plusieurs enfants, c’est une richesse.

À Kagona, Vanessa demande le numéro de son papa pour lui dire combien sa famille vit dans la galère.



AGASHI 3 ÉPISODE 24

À Bukima, Magnus informe sa femme Lysa que Siri a accepté de lui donner du travail. Jennifer demande à Lysa si elle peut lui accompagner pour demander aussi du travail chez Siri.

À Kagona, Béa explique à ses parents qu’il faut couvrir de l’eau pour question d’hygiène. La famille Musaganya s’inquiète de la vie dure que mène Gudura et ses deux filles.
À Mugwiza, Piyo conseille Vito à se montrer très autoritaire devant sa femme.



Agashi, l’autre fierté des médias partenaires de PMC-Burundi



Le feuilleton radiophonique Agashi a produit un réel impact depuis le début sa diffusion en 2014. Ces bons résultats ont été atteints grâce à un partenariat de diffusion avec près d’une dizaine de médias établis dans différentes localités du pays. Aujourd’hui, leurs responsables ne cachent pas leur satisfaction après la 2ème phase de la diffusion d’Agashi.


a

Le feuilleton « Agashi 2 » a été diffusé sur neuf radios partenaires de Population Media Center (PMC). Les 208 épisodes ont été diffusés de 2016 à 2018. Un vaste voyage des auditeurs à travers le pays imaginaire « BUGARURA » assimilé au Burundi réel. Le changement des noms des localités où se passent les scènes, n’empêchent pas aux auditeurs de comprendre qu’il s’agit bel et bien de leur quotidien mis en scène.

Agashi est devenu une production qui fait figure dans les grilles des programmes de 9 radios partenaires. Si des témoignages des auditeurs ont été d’une grande importance, il n’en est pas moins de ceux que PMC-Burundi a recueilli auprès des Directeurs de certains médias.

«C’est un sentiment de satisfaction car nous avons une relation de partenariat gagnant-gagnant. Le feuilleton Agashi a permis à notre radio d’atteindre ses objectifs d’informer et d’éduquer la population. Il nous retrace la vie des burundais en inspirant un changement positif de comportements par le divertissement», affirme Juma Léonard Nduwayo, Directeur de la Radio Nationale.

« Agashi est plein d’humour qui ne laisse personne indifférente. Son coté humoristique attire les auditeurs et facilite la réception des messages. A la fin de chaque épisode, on a toujours soif d’écouter l’épisode suivant …Tellement c’est détendant mais très instructif pour quelqu’un qui suit avec attention les histoires d’Agashi». Ajoute-t-il.

Agashi répond aux attentes des auditeurs

Plus qu’une comédie qui éduque, le Directeur de la radio Scolaire Nderagakura trouve que « c’est un jeu sérieux qui commence d’abord par critiquer pour finalement aider les gens à adopter de bons comportements ».

« De ces cultures que nous copions, le feuilleton oriente les jeunes. Il leur permet de dicerner/distinguer le bien du mal pour ne pas emprunter le chemin de la déperdition»
, se félicite Gorgon Sabushimike, Directeur de la radio Nderagakura, qui affirme que le feuilleton a contribué à l’augmentation de l’audimat.

Le Directeur de la radio Isanganiro ad intérim, Pascal Niyoyankunze explique que le feuilleton a été classé parmi les meilleurs programmes diffusés par sa radio, dans un récent sondage effectué auprès des auditeurs de toutes les tranches d’âges. Il indique par ailleurs que le feuilleton complet le travail de la radio sur différentes thématiques dont la santé de la reproduction.

Le Directeur de la Radio Umuco FM de Ngozi, Elysée Niyubahwe trouve que PMC-Burundi devrait aider sa radio en vue de la production d’autres feuilletons qui traiteraient d’autres thématiques. Il trouve qu’un feuilleton radiophonique à l’instar d’Agashi est un canal bien conçu pour la transmission de certains messages à l’endroit de la communauté. Dans cette optique, le Directeur Niyubahwe suggère des formations à l’endroit des journalistes.

Tous les directeurs rencontrés souhaitent cependant qu’il n’y ait pas de rupture dans la production et la diffusion du feuilleton au regard de sa popularité. Agashi est réellement un bon outil avec son caractère éducatif transformationnel de mauvais comportements en en ceux positifs, souhaités pour le développement individuel, familial, communautaire et sociétal au Burundi.

Un partenariat appelé à durer

Le Représentant Résident de PMC-Burundi, Jean Bosco Ndayishimiye se dit très satisfait du regard positif des responsables des médias partenaires quant à la production et la diffusion du feuilleton. Il fait savoir que la franche collaboration est le maître-mot dans la continuité du partenariat à l’approche du feuilleton Agashi 3 (dont le lancement est initialement prévu mi-août prochain).

« La rupture de diffusion du feuilleton est un passage obligé au regard de la technique de production. À la fin de chaque phase d’Agashi, nous devons mener des enquêtes approfondies auprès des auditeurs pour savoir le niveau de réception des messages véhiculés dans le feuilleton et dans quelle mesure ces messages auraient apporté un changement (impact) positif souhaité auprès des auditeurs et leurs proches. Ce sont ces données qui nous permettent d’envisager une nouvelle phase de diffusion avec une maîtrise de nouveaux éléments à prendre en compte pour assurer la continuité des aspects divertissants et éducatifs sur base d’une évaluation de la réalité de l’impact des messages précédents et selon les thématiques nouvelles ou continues», explique monsieur Jean Bosco Ndayishimiye.

Depuis la diffusion d’Agashi, au-delà des radios qui assurent la diffusion, plus de 20.000 personnes, réparties dans plus de 90 groupes d’auditeurs whatsApp écoutent régulièrement le feuilleton en période de diffusion et même au-delà de cette période.

« Pour toute personne qui a accès à l’internet, il est possible d’écouter ou télécharger à sa guise tous les épisodes d’Agashi qui ont été diffusés depuis le début jusqu’aujourd’hui, car ils sont tous en ligne sur notre siteweb www.agashi.org », conclut le Représentant Résident de PMC au Burundi, Jean Bosco Ndayishimiye






Retour à la page d'accueil