Ecoutez AGASHI


Cherchez une radio proche de vous

AGASHI ici

Agashi 2 épisode 118

A Mugwiza, Toriya vient du centre de santé (...)

Agashi 2 épisode 117

A Kagona, Poro et Mudiri mettent en garde (...)

Agashi 2 épisode 116

A Bukima, Claude raconte fièrement à Matafari (...)

Agashi 2 épisode 115

A Burisho, Jimmy et Fara revenznt de l’école (...)

Agashi 2 épisode 114

A Mugwiza, Soto et Ruberika échangent sur une (...)

Témoignage de Jeanne d’Arc, animatrice communautaire


Publié Wednesday 22 June 2016
a

« Je m’appelle BUTOYI Jeanne D’arc. J’habite le secteur MUREMERA, zone NDAVA, province CIBITOKE. J’ai trente cinq ans. Je suis agricultrice et, en même temps, animatrice communautaire. J’ai été à l’école puis j’ai rompu, je suis arrivée en 8ème année du secondaire. J’écoute Agashi à la Radio Nationale 4 fois par semaine. Agashi m’aide beaucoup dans l’animation communautaire. »

« Les épisodes que j’écoute souvent, c’est par exemple cette femme [parlant de MUHORAKEYE, personnage positive dans le feuilleton Agashi] qui conseille son frère et sa femme (belle–sœur) de faire la consultation prénatale au lieu de s’adonner à la sorcellerie, et qui plus est, donne des conseils sur l’alimentation de la femme enceinte, et elle y insiste beaucoup, surtout sur la consommation du foie gras que beaucoup de femmes enceintes ne consomment pas alors qu’il est très riche pour elles.

« Le personnage de MUHORAKEYE m’a fortement aidé. Je trouve que MUHORAKEYE est d’ailleurs une grande animatrice communautaire. Ses conseils [dans le feuilleton] sont très utiles. J’invite alors les femmes et nous écoutons ensemble Agashi avec une forte concentration. Moi, j’ai sept enfants. J’invite alors celles qui n’ont pas encore sept enfants en leur disant: ‘Venez écouter ces messages de Agashi, ces malheurs qu’endure cette femme [parle ici de TENGENGE, personnage négative dans le feuilleton Agashi] pour avoir enfanté beaucoup d’enfants sans arriver à les nourrir’. Je pars ainsi de ce cas d’exemple et les gens comprennent vraiment le problème ».

« Ce que j’aime du feuilleton Agashi c’est qu’il y a plein de conseils. Il y a plein d’enseignements. A l’intérieur d’Agashi, il y a une animatrice communautaire. Elle nous apprend beaucoup de choses. Elle nous épaule dans notre action de sensibilisation-éducation de la communauté. Par exemple, sur ce que je leur enseigne, elle s’y appesantit encore plus et ainsi telle personne qui semblait ne pas bien suivre mes conseils en est cette fois-ci convaincue. »

« Au niveau des jeunes, Agashi nous aide beaucoup. Moi, j’ai des enfants un peu âgés qui suivent AGASHI et qui trouvent que le comportement de Trésor [personnage négatif dans le feuilleton] et Ange [personnage transitoire] n’est pas bon ».

« Par exemple avec les jeunes lors de la diffusion du dernier épisode, nous sommes venus, nous nous sommes assis et j’ai posé la question suivante : ‘Qu’avez-vous entendu dans le dernier épisode’ ? Qui sont venus participer à l’écoute d’ Agashi ? Certains ont répondu qu’ils étaient là. En tout 12 personnes étaient là, dont 8 garçons et 4 filles. Et je leur ai demandé ce qu’on a dit dans Agashi. Ils m’ont raconté ce qui est arrivé à Trésor, comment Ange a été conseillée par son père et sa mère, comment la mère de Ange a remarqué la chaînette qu’elle avait mise, et l’on a causé avant d’entrer dans le débat proprement dit,… A partir du contenu d’ Agashi, j’ai demandé à ces jeunes si dans leurs écoles, un cas pareil à cette histoire de Trésor et Ange existait. Ils ont dit que oui. Ils m’ont même donné plusieurs cas.

‘En général, pensez-vous qu’un tel comportement soit bon ou mauvais ?’ leur ai-je demandé. Et certains m’ont même rétorqué : ‘Vous aussi les mamans vous nous emmerdez avec vos questions ! L’époque à laquelle vous avez grandi est différente de la nôtre !’. Petit à petit la conversation s’est poursuivie. Il y en a qui ne veulent pas du tout répondre. Il y en a d’autres, qui s’ouvrent à moi petit à petit. Ils viennent plus tard me demander même des préservatifs, car j’en ai. Et certains même me racontent ce qu’ils ont fait. Ils sont devenus pour la plupart des amis à moi. Je leur donne ainsi des conseils. Je leur interdis d’être comme Trésor qui jure de ne jamais utiliser un préservatif. Oui! Beaucoup viennent témoigner. Il y a par exemple une fille orpheline venue de Kayanza et vivant chez une mère adoptive. Quand elle est arrivée ici, les gens racontaient beaucoup de choses sur elle, tel par exemple qu’elle avait des rapports avec beaucoup de garçons. Je l’ai approchée, juste pour causer avec elle. Dans un premier temps, elle est restée un peu fermée. Je suis retournée la voir et elle a finalement compris que j’étais une amie et elle s’est ouverte à moi et me l’a confirmé. Je l’ai conseillée d’aller se faire dépister. Elle est allée le faire et, Dieu soit loué, elle est séronégative. Elle est revenue me dire : « C’est difficile de m’abstenir ». Je l’ai conseillé alors d’utiliser un préservatif. Aujourd’hui, au puis d’eau, elle sensibilise d’autres jeunes filles, se moquant d’elle, à l’usage du préservatif. Je ne comprends pas celui qui ne réalise pas l’importance du préservatif. De plus en plus de filles, de 14 ans et plus, suivent mes conseils. Et souvent elles reviennent me dire merci.

Normalement, je suis de ceux-là qui ont eu leur première grossesse encore jeune, à la maison parentale. C’est arrivé, le premier enfant est adulterin mais j’ai eu la chance d’avoir immédiatement un mari qui m’a aidé à l’élever. Et maintenant c’est une grande fille. Elle va en 7èmeannée du secondaire. Je l’ai eue à 16 ans, probablement que j’en étais même pas à cet âge. J’étais en 8ème année du secondaire et je venais de faire 2 trimestres ».

« Ce qui se joue dans le feuilleton reflète la réalité qu’on retrouve dans le pays. Ça existe vraiment. Par exemple dans les écoles ces comportements existent. Vous savez que l’éducation est devenue un casse-tête. Il faut vraiment insister sur l’éducation. Ce que vous jouez existe. Ca existe bel et bien. »

« Un autre passage du feuilleton qui nous aide beaucoup, c’est cet homme [évoquant le personnage négatif NDEGEYA du feuilleton Agashi] qui a chassé sa femme légitime pour amener une pute. Cela nous a beaucoup instruit, nous toutes qui écoutent Agashi. Tu vois, il a chassé sa femme et vendu leurs propriétés foncières sans son aval, il y a aucune communication entre elle et son mari, … tu comprends que sa femme en souffre. Et cela nous sert de leçon. »

« Moi je trouve importants tous les messages que vous donnez. Ce sont des messages qui reflètent la réalité que nous vivons dans le pays. Par exemple, ce que fait le personnage de NDEGEYA existe dans l’entourage. Nous avons beaucoup de « NDEGEYA » ici. Il y a des hommes ici qui vont toquer sur les portes des femmes d’autrui comme le cas du personnage de SOFIYA qui, la nuit, a eu la visite de PIYO.

Nous avons beaucoup d’hommes au comportement de PIYO. Il faut y insister beaucoup. Surtout insister sur les jeunes. Les jeunes sont actuellement une catégorie à haut risque. Par exemple il y a de jeunes filles orphelines vivant chez leurs tantes maternelles ou paternelles qui sont très exposées aux risques de la pauvreté. Une fois que leurs parents adoptifs leur ont donné à manger ou leur ont déjà acheté un cahier, cela semble suffire oubliant qu’elles ont d’autres besoin. Vous devez alors faire attention à ces situations parce que moi-même je suis tombée dans ce piège.

Il y a par exemple un homme qui avait fait de l’adultère son mode de vie. Et maintenant il abandonne ce vice petit à petit. Souvent quand il a pris une bière, on l’entend dire ‘Chers amis, il faut abandonner nos ‘deuxièmes bureaux’, car AGASHI dénonce cela’. En commençant à en parler ouvertement, c’est un signe de changement.

« Ma voisine, après avoir réalisé dans le feuilleton les difficultés que connaît le personnage TENGENGE suite aux naissances trop rapprochées, elle s’est résolue à changer de comportement et a adopté les méthodes contraceptives. Je l’atteste à 100/100. Quand elle a entendu le passage que ‘l’enfant de TENGENGE est devenu squelettique’, cela l’a marqué ».

« Bien sûr. Sauf celles qui ne l’écoutent pas. Parce qu’il y en a qui savent que c’est une émission mais ignorent le contenu. Ils croient que c’est une simple émission. Pourtant, c’est plein de conseils. »




Twitter cet article

Partagez cet article sur Facebook

Réaction/ Gira ico ushikirije